Abstract.

Manpower estimates for 1960, 1980 and the year 2000 are given in total, by major sectors and by major country groupings. The figures show that 1960-80 brought a three-fold expansion in production/consumption, with a 40% increase in manpower. In the year 2000, when oil consumption is assumed to be slightly less than in 1980, the oil industry will require fewer staff because technical developments will improve manpower productivity. The oil industry employs directly less than 1% of the industrial working population, with a relatively high proportion of graduates. As the number of university students world-wide-34 million in 1980-is expected to rise to 50 million by the year 2000, there is unlikely to be a shortage of graduates overall, although competition for the best will still be faced by the oil companies. Any graduate shortages, for example in engineering and new technology, could be overcome by graduate flexibility, by training schemes, and by retraining existing staff. Some developing countries will need to employ expatriate staff or consultants to meet shortages of experienced professional/managerial staff. Artificial barriers to movements of staff must not be imposed if such imbalances are to be avoided.

Résume. Les estimations de la main-d'oeuvre pour 1960, 1980 et pour l'an 2000 sont indiquées globalement, par secteurs importants et par principaux groupes de pays. Les tableaux montrent qu'entre 1960 et 1980 la production et la consommation ont triplé, et la main-d'oeuvre a augmenté de 40%. En l'an 2000, en raison d'une consommation de pétrole prévue un peu inférieure à celle de 1980, et d'une amélioration de la productivité de la main-d'oeuvre apportée par les progrès techniques, l'industrie pétrolière aura besoin de moins d'effectifs.

L'industrie pétrolière emploie directement moins de 1 YO de la population ouvrière industrielle, avec une proportion relativement élevée de cadres. Comme le nombre d'étudiants dans les universités du monde entier passera de 34 millions en 1980 à 50 millions en l'an 2000, il ne devrait pas y avoir globalement de pénurie de cadres, malgré la concurrence continuelle des compagnies pétrolières pour s'attacher les meilleurs éléments.

On pourrait remédier une éventuelle pénurie de cadres, par exemple en ingénierie et en technologie nouvelle, par une meilleure adaptabilité des cadres, par des programmes de formation, par une nouvelle formation du personnel existant. Certains pays en voie de développement devront employer du personnel étranger ou des experts-conseils pour combler le manque de techniciens

This content is only available via PDF.
You can access this article if you purchase or spend a download.