_

The PDF file of this paper is in French.

Resume

Les projets de construction réduisent de plus en plus les zones vertes par la colonisation des sols péri-urbains. Les déblais sont dans la majorité des cas inexploitables et deviendront des déchets d'excavation. L’un de ces grands projets est celui de l’aménagement de la zone industrielle Hached à Bouargoub étendu sur une superficie de 82 hectares qui produira plus de 480 000 tonnes de sols excavés dont 20% sont exploitables et le reste sera stocké au titre de déchets. Le but de notre projet est de donner une deuxième vie à ces déchets sous la forme d’une terre végétale drainante. Afin de réaliser ce projet, on doit caractériser ces matériaux excavés. La caractérisation a été faite sur deux échantillons homogènes prélevés selon la norme NF X 31-100 à travers une identification géologique, pédologique, géotechnique et minéralogique. Cette étude a montré que les sols excavés sont de nature sableuse limoneuse selon la caractérisation géotechnique et alcaline (leur pH est élevé). Ces résultats ont été complétés par un calcul de l’indice NDVI du site d’après l’imagerie Sentinel 2 qui a montré que la couverture est une terre stérile occupée par des arbustes et prairies en certaines parties du site.

Introduction

Les projets de génie civil sont considérés comme l'une des activités les plus polluantes de notre environnement (Hussin, Abdul Rahman and Memon, 2013). Ces projets provoquent l’accroissement de la pollution d’air, d’eau et des sols, la consommation des ressources naturelles, minérales, énergétiques et hydriques, et l’augmentation du taux de production de déchets et la consommation des terres agricoles (Snoussi et al., 2020). L’aménagement de la zone industrielle Hached à Bouargoub, Tunisie, est l’un de ces projets. Ce projet a une superficie de 82 hectares et produira au total plus de 300 000 m3 de matériaux excavés, qui équivalent à 480 000 tonnes. Les travaux d’aménagement seront effectués sur trois tranches, la première tranche de 20 hectares, la deuxième tranche de 42 hectares et la troisième de 20 hectares. Parmi les déblais produits par ce projet, ceux ayant des caractéristiques physiques et mécaniques adéquates seront utilisés comme remblais au sein du projet. Ce sont de « bons sols » au sens géotechnique. Mais les matériaux minéraux réutilisables ne représentent que 20% de la quantité totale de déblais. Le reste sera stocké sous forme de nombreux tas et merlons de sols, considérés comme des déchets. Notre but est de donner une nouvelle vie à ces déchets. Nous proposons une solution technologique pour la valorisation de grandes quantités de ces matériaux excavés. On les transformera en un sol drainant et fertile que l’on appelle « technosol ». De déchets, ces déblais deviennent une matière première, nommée les « artefacts » à incorporer dans le technosol. Afin de réussir à transformer ces déblais, il faut en premier lieu les caractériser. C’est le but de notre étude. Cette caractérisation est effectuée sur deux volets : le premier est le volet pédologique afin d’avoir l'aptitude du sol à être fertile. Le deuxième volet est géotechnique dans le but d’étudier la perméabilité et la stabilité du nouveau sol dit « technosol ».

This content is only available via PDF.
You can access this article if you purchase or spend a download.